ENFANTS

enfants

Partager Sur

Les petits ont accompagné la Communauté depuis sa naissance. Leur vie faible, nécessitant protection et aide, nous a toujours montré avec clarté combien de souffrances peuvent produire l'indifférence et la solitude. Les paroles de Jésus, "Celui qui accueille en mon nom cet enfant, il m’accueille, moi" (Lc 9,48) ont été accueillies comme un appel au service et à l'amour envers les enfants et les jeunes, notamment les plus pauvres.

Les enfants ont également été pour la Communauté une école de solidarité envers tous les pauvres: leurs difficultés à exprimer avec clarté leurs besoins a, en un certain sens, "obligé" à apprendre à écouter l'autre, qui n'a pas une voix suffisamment forte pour se faire entendre. La proximité envers les pauvres nous a conduits à comprendre et à respecter l'autre et à répondre à son besoin, même inexprimé.

S'il est vrai que les enfants doivent apprendre beaucoup de choses et que les adultes doivent prendre en charge leur éducation, il est également vrai que les enfants, au-delà de nombreuses visions stéréotypées, ont aussi beaucoup de chose à enseigner. Ils montrent de manière évidente la valeur de la confiance, de l'abandon confiant aux autres. Ils enseignent à ne pas cacher la faiblesse, propre à chacun, et à comprendre que chacun a besoin des autres, non seulement pour grandir quand on est petit, mais également pour être plus heureux quand on est adulte ou âgé.

L'alliance entre les enfants et les autres générations est donc un élément important de la vie de la Communauté de Sant'Egidio et vient de son engagement en faveur de la reconstruction du tissu - si souvent déchiré - de la grande famille humaine.


Enfants et adolescents

La première manifestation de solidarité de la Communauté envers les pauvres a été justement envers les enfants. C'était, à l'époque, les enfants des baraques proches du Cinodromo à Rome, des enfants d'immigrés venant du sud de l'Italie qui grandissaient aux marges de la vie urbaine, dont le destin semblait marqué par l'exclusion. Pour ces enfants, l'école représentait souvent un motif supplémentaire de marginalisation, car il ne comblait pas la différence culturelle qui les conditionnait et les repoussait facilement. C'est pour eux qu'est née l'école de la paix, un environnement nouveau, où chaque enfant peut étudier, apprendre de nouvelles choses, aidé par l'affection et par l'amitié des adultes.

De 1968 à aujourd'hui, la Communauté a connu les différents visages de la pauvreté des mineurs.

Après les baraques de la Rome des premières années '70, la Communauté a commencé à connaître et à s'adresser aux enfants des nouvelles périphéries aux marges de la ville. Il s'agissait d'enfants ayant grandi dans un contexte différent, dans des environnements dépersonnalisés et anonymes, sans liens familiaux forts, habitués à passer la journée dans la rue.

Pour ces enfants, ensuite, l'adolescence et le nouveau cycle scolaire du collège représentaient une période de grande difficulté. Le danger de la délinquance se faisait sentir avec force et les agrégations qui naissaient spontanément représentaient un risque. Pour eux la Communauté a créé des "centres d'agrégation" prenant le nom de "Jeunes pour la paix".

A partir des années '80, les enfants roms et sintis ont également été inclus dans les Ecoles de la Paix, à travers des activités ponctuelles d'alphabétisation visant leur progressive intégration à l'école. 

Aujourd'hui, la Communauté étant présente dans de nombreuses régions du monde, les écoles de la paix d'adressent aux mineurs en Europe, en Afrique, en Amérique latine et en Asie.