news

Sept mois de guerre en Ukraine. Un récit depuis Kiev, entre douleur, engagement humanitaire et espérance

24 Septembre 2022 - KYIV, UKRAINE

L'Ukraine
L'aide humanitaireguerre

Une délégation a visité les lieux du conflit, là où Sant'Egidio intensifie son aide humanitaire

Partager Sur

La guerre en Ukraine dure depuis 7 mois maintenant. Et ces jours-ci, une délégation de Sant'Egidio s'est rendue en Ukraine depuis l'Italie, pour soutenir l'intense action humanitaire que les Communautés ukrainiennes mènent depuis le début de la guerre. Dans les mots et les images qui nous sont transmis de ces lieux, nous lisons des histoires de douleur, mais nous voyons aussi les signes d'espérance que les Communautés de Sant'Egidio tentent de transmettre avec ténacité.  

"Ce n'est pas sans émotion que l'on revient à Kiev après sept mois de guerre. A bien des égards, la ville a repris une vie normale. Il y a de la circulation, des gens dans les rues, le métro fonctionne au rythme habituel, les écoles sont ouvertes. Bien sûr, il y a moins de gens que d'habitude, moins de circulation : beaucoup de Kievois sont encore réfugiés à l'étranger ou dans d'autres régions d'Ukraine.

La guerre, cependant, continue d'être une présence constante dans la vie quotidienne. Les alarmes anti-aériennes préviennent des dangers possibles, font s'arrêter les transports publics, fermer les locaux, les écoliers descendent dans les abris. En divers endroits, on remarque des sacs de sable empilés pour protéger les bâtiments ou des barrières anti-char placées au bord des routes.

Le long des routes menant à la ville, il faut passer par des postes de contrôle fortifiés. Mais surtout, les semaines de siège subies par la ville au début de la guerre ont laissé un souvenir vivace chez des personnes qui ne manquent pas de raconter ce qu'elles ont vécu. C'est un souvenir qui unit tout le monde et dont tout le monde semble avoir besoin de parler : des personnes âgées rencontrées dans la rue aux jeunes, du chauffeur de taxi aux personnes investies d'une responsabilité publique.

La Communauté de Kiev a fait face aux défis de la ville pendant la guerre. Elle n'a jamais cessé d'être proche de ses amis pauvres, même dans les semaines les plus difficiles : les distributions de nourriture lors de maraudes auprès des sans-abri et aux personnes âgées pauvres se poursuivent dans trois quartiers de la ville, Troeshina, Darnitsa, Goloseevo, ainsi que dans le centre, à Majdan et à la gare ; les deux appartements abritant des sans-abri ont continué à être des "maisons chaudes" pour les sans-abri ; le bâtiment des Jeunes pour la Paix, avant d'être frappé par un missile, abritait une vingtaine de personnes et aujourd'hui, presque entièrement réhabilité, est sur le point de reprendre sa vie ; l'aide alimentaire et les médicaments sont arrivés régulièrement dans deux grands établissements pour personnes âgées ; certaines personnes âgées et handicapées ont été évacuées en mars et sont aujourd'hui logées par la communauté dans des maisons familiales à Lviv et Ivano-Frankivsk : en temps de guerre, un rêve a paradoxalement été réalisé, qui se veut un modèle pour un nouvel avenir, également à Kiev où les cohabitations seront relocalisées lorsque cela sera possible.

Mais de nouvelles questions interrogent les jeunes et les adultes de la Communauté. De nouveaux sites ont été ouverts et de nouveaux services ont vu le jour.

À Troeshina, un grand quartier de banlieue de 300 000 habitants, où la Communauté a fait ses premiers pas au début des années 1990, un site a été ouvert.

Il se trouve au centre du quartier, dans un bâtiment utilisé à l'origine pour les services techniques. Rénové par les habitants de la Communauté, il accueille deux fois par semaine les réfugiés des zones de guerre : c'est un centre de distribution de colis alimentaires et de vêtements. En moins d'un mois, 600 colis ont déjà été distribués. Beaucoup de bénéficiaires sont des mères avec des enfants. L'accueil souriant et la volonté d'écouter ouvrent un espace de confiance indispensable : les récits des souffrances de la guerre, les larmes, les gestes de proximité et de consolation établissent une nouvelle relation de confiance. Un certain nombre de femmes réfugiées se sont jointes à l'effort de solidarité et ont commencé à venir au centre pour donner un coup de main pour accueillir, préparer des paquets, réconforter.

Ces derniers mois, de nombreux réfugiés sont arrivés à Kiev en provenance des régions de l'est et du sud du pays, où se déroulent les combats. Il y a officiellement 120.000 réfugiés enregistrés, mais le chiffre est probablement autour de 300.000. Ils vivent dans la ville et sa banlieue, soit chez des parents ou des connaissances, soit dans des appartements laissés vides par des Kieviens qui ont quitté la ville ; d'autres louent des maisons. La plupart se retrouvent sans salaire, luttent pour trouver un nouvel emploi, tandis que leurs économies s'amenuisent.

Trouver des moyens d'être proche d'eux, de répondre à leurs questions est une priorité pour la Communauté de Kiev. Il a donc été décidé d'ouvrir un autre site dans le quartier de Darnitsa pour en faire un autre espace d'accueil des réfugiés. Les beaux locaux aux murs colorés et lumineux, qui abritaient autrefois un centre pour enfants, sont proches de la station de métro. Depuis la mi-août, ils accueillent des réfugiés deux fois par semaine et le centre est sur le point d'ouvrir un troisième jour. Des jeunes de Kiev et des femmes réfugiées sont impliqués dans une atmosphère joyeuse et active. En un mois, 1 200 colis alimentaires ont été livrés. Une atmosphère de sérénité accueille les personnes. Ils viennent de Kharkiv, Lisichansk, Marioupol, Kherson, Donetsk, Mikolaiv, des villes dont nous avons appris à connaître les noms en ces mois de guerre. La prière de fin de journée rassemble tant de personnes, unies par le besoin d'être guidées.

Irpin est un centre résidentiel de 60 000 habitants, une banlieue de Kiev. Une jolie ville nichée dans une forêt de pins et de chênes, avec des parcs bien entretenus, des lieux de culture, des sculptures dans les rues. L'ambiance raffinée a été défigurée par les destructions considérables causées par les bombardements et les combats lors de l'avancée de l'armée russe vers Kiev. La visite à Irpin est frappante : elle impressionne par la force de destruction de la guerre, sa folie. Environ 400 personnes ont été tuées ici.

Certaines personnes de la communauté vivant à Irpin ont vécu les souffrances de cette époque : le temps passé dans les caves ou les abris pendant les combats, la fuite risquée vers Kiev, l'appartement de l'un d'entre eux détruit par des roquettes. C'est précisément à Irpin que Sant'Egidio a voulu donner un signe d'espoir. En commençant par les enfants, qui ont particulièrement souffert de l'impact de la guerre. Intrigués et effrayés. Au mois de juin, les Jeunes pour la Paix ont commencé par une grande fête pour les enfants et les familles dans l'un des nombreux parcs de la ville, l'École de la Paix à Irpin : un lieu de sérénité et de paix, au milieu de tant de douleur, une vision d'un nouvel avenir.

La Communauté de Kiev résiste à la guerre, imagine et commence à réaliser un nouvel avenir, pose les premières pierres de la construction de la paix, dont l'urgence et l'attente sont toujours plus pressantes.

L'émotion liée à notre arrivée est devenue l'espérance et la confiance avec lesquels nous quittons Kiev".

 



Sept mois de guerre en Ukraine. Un récit depuis Kiev, entre douleur, engagement humanitaire et espérance
Sept mois de guerre en Ukraine. Un récit depuis Kiev, entre douleur, engagement humanitaire et espérance
Sept mois de guerre en Ukraine. Un récit depuis Kiev, entre douleur, engagement humanitaire et espérance
Sept mois de guerre en Ukraine. Un récit depuis Kiev, entre douleur, engagement humanitaire et espérance
Sept mois de guerre en Ukraine. Un récit depuis Kiev, entre douleur, engagement humanitaire et espérance
Sept mois de guerre en Ukraine. Un récit depuis Kiev, entre douleur, engagement humanitaire et espérance