news

Petite sœur Luisa dell'Orto: une femme généreuse et courageuse au cœur d'un monde violent. Méditation d'Andrea Riccardi

28 Juin 2022

Andrea Riccardi
HOMÉLIES

en mémoire de la religieuse tuée à Haïti, mère d'enfants sans famille

Partager Sur

Matthieu 5, 1-11

Chers frères et sœurs,

Commenter les Béatitudes est certes complexe, car c'est là que se trouve tout l'Évangile. En définitive, le vrai commentaire, c'est la vie des chrétiens qui commentent cette parole de Jésus, à tel point que dans notre prière du vendredi, nous chantons un hymne qui proclame que Jésus est l'homme des Béatitudes, en qui toutes les Béatitudes se réalisent.

C'est pourquoi nous voulons aujourd'hui nous souvenir d'une petite sœur de l'Évangile, Luisa Dell'Orto, qui a été tuée avant-hier à Port-au-Prince, en Haïti, par trois bandits, de cinq coups de feu dans la rue, sans qu'ils ne lui aient rien volé. Il s'agissait d'un acte de violence commis dans l'un des nombreux bidonvilles de la ville, la Cité Okay, où les gens s'entassent dans une capitale dévastée après le tremblement de terre de 2010. Je me souviens que nous avions également apporté de l'aide sur l'île et qu'une Communauté et un soutien pour un foyer pour enfants sont alors nés.

Ce meurtre lâche d'une femme de 65 ans, seule et sans défense, montre à quel point la violence des gangs est répandue en Haïti et dans le monde aujourd'hui. C'est le nouveau visage du terrible mal de la guerre qui pollue des pays entiers. C'est aussi Haïti, Haïti qui a subi un tremblement de terre, le choléra, des événements politiques contradictoires, la misère, les assassinats : on parle de 10 000 morts. Un pays où les institutions ne contrôlent plus rien, un pays appauvri et en proie à la violence, face auquel le monde se détourne.

Pourtant, ce pays a une histoire digne, je dirais même noble. C'est le deuxième pays américain à s'être déclaré indépendant après les États-Unis et qui a immédiatement aboli l'esclavage.

Petite sœur Luisa, le samedi saint, a écrit quelques mots au sujet d'une famille qui avait perdu un fils dans une zone contrôlée par des bandits : "Pourquoi agissons-nous ainsi ? Pourquoi cette violence que nous ressentons parfois en nous-mêmes ?" Elle a choisi de rester non seulement au milieu de la grande pauvreté, mais aussi au milieu de la violence, pour garder un espace de paix ouvert pour les enfants du bidonville.

Elle a dit : "Il n'y a pas le moindre espace pour les enfants. Kay Chal - c'est-à-dire le centre qui a été dédié au Frère Charles de Jésus - Kay Chal est la seule oasis où ils peuvent se rencontrer, être ensemble, faire leurs devoirs, vivre leur enfance souvent volée ou réduite à des chaînes." C'est ainsi qu'elle a expliqué son Centre parmi ces baraques.

Et les enfants ? Pour la plupart, ils ont été envoyés de la province à la ville par leur famille, pour être avec quelqu'un d'un peu plus aisé. Les "Restavek" comme on les appelle en créole, des enfants envoyés dans des familles plus aisées, et qui deviennent souvent de petits esclaves. On parle d'un demi-million d'enfants esclaves.

Petite sœur Luisa a été une mère pour ces enfants sans mères, une sœur compatissante pour des personnes noyées dans la haine et la misère, dont elle a partagé la vie dans l'esprit du frère Charles de Foucauld. Au coeur des masses, est le titre du livre du Père René Voillaume qui, après avoir été supérieur des Petits Frères de Jésus, a fondé les Frères et Sœurs de l'Évangile, voués à partager l'esprit de Nazareth avec les plus pauvres, mais aussi à apporter l'Évangile.

Qui pense aujourd'hui, chers amis, à ces damnés de la terre ? Qui est avec les restavek oubliés d'Haïti ? Ils représentent un véritable reste, ceux qui, comme la petite sœur Luisa, sont les doux, les miséricordieux, les cœurs purs, ceux qui s'affligent de la douleur des autres, les pauvres de coeur. Les Petites Sœurs de l'Évangile sont le signe de l'amour de Jésus qui devient une bonne nouvelle pour les pauvres, qui devient une oasis de paix pour les petits.

Mais quelle peur suscitent les femmes comme petite sœur Luisa, au point de vouloir les tuer ? Quelle crainte suscitent les religieuses de Mère Teresa, expulsées d'une institution où elles hébergeaient des personnes âgées au Nicaragua ? Qui menaçaient-elles par leur service ? Les deux prêtres nigérians tués à Kaduna, font-ils peur ?

Ils seront persécutés à cause de la justice, maudits par des jugements sévères. Après tout, la présence de ces femmes et de ces hommes, pour une défense humaine et solidaire, représente une protestation vivante, c'est une lutte désarmée contre le régime de violence qui est établi dans tant de régions du monde. C'est pourquoi ils les ont tués.

C'est ainsi qu'est née à Kay Chal, au cœur de la Cité Okay, une oasis de paix pour les enfants, un espace de liberté et de respect pour leur enfance volée par la violence et l'esclavage. Cela, ils veulent le détruire, ou plutôt, disons-le avec les mots de Jésus le dit, ils le haïssent.

Réjouissez-vous et exultez, car votre récompense est grande dans les cieux. Jésus nous l'assure, lui qui n'oublie pas les petits tués par amour et qui considère comme précieux le sang versé par les siens.

Pour nous, frères et sœurs, cette mort est la prophétie d'une femme, fragile mais courageuse et généreuse dans un monde d'égocentriques craintifs, incapables d'aimer. En Haïti, mais partout, même chez les chrétiens. C'est un appel, comme nous l'avons dit à Pâques, à un amour plus grand, celui de Jésus. Cette mort est une mémoire d'Haïti, oubliée et abandonnée à ses démons sans solidarité et sans la conscience que nous nous sauverons ensemble.

Une guerre se déroule en Ukraine et une grande partie du monde en souffre. Mais ce n'est pas le moment de se battre, ce n'est pas le moment de se diviser, mais plutôt de penser à l'avenir d'un monde au destin solidaire, dans lequel aucun pays ne sera condamné à l'esclavage de la violence comme Haïti.

Cela semble être une utopie face à la violence et à l'arrogance des armes, mais le Seigneur a dit : "Qui enverrai-je ? Qui sera notre messager ?" Jadis, le prophète Isaïe a répondu ; aujourd'hui la petite sœur répond seule : Me voici, envoie-moi ! Et elle est allée seule parmi les enfants, les pauvres, les loups, au cœur d'un monde violent.

N'a-t-elle pas raison face aux seigneurs de la guerre et aux dignitaires politiques ? Je crois que si. Sa vie et sa mort affirment qu'elle a raison. Que son nom, le nom de petite sœur Luisa, soit une bénédiction pour Haïti et pour le monde entier qui souffre. Amen.