MAISONS D'ACCUEIL ET MAISONS PARTAGÉES

PERSONNES ÂGÉES

Partager Sur

Aider les aînés à vivre à domicile : vaincre l’isolement
C’est un engagement décisif de notre service aux aînés. En effet, dans les grandes villes, l’isolement, la réduction numérique du noyau familial, le coût élevé des locations, concourent à éloigner, dès la première crise, la personne âgée de chez elle. L’institutionnalisation semble parfois l’unique issue possible et raisonnable, mais c’est une solution qui ne respecte pas, dans la plupart des cas, la volonté profonde des personnes âgées, qui souffrent de la distance de l’environnement qui leur était familier, des objets et des souvenirs de leur maison. Un aspect important de l’aide offerte par la Communauté est le soutien aux familles des personnes âgées, qui se retrouvent souvent prises au dépourvu et désorientées face à la maladie et à la dépendance de leur propre parent.


Visiter les aînés en institut, aider à humaniser la vie dans les grandes institutions

Vivre dans une maison de retraite signifie souvent expérimenter l’isolement et l’abandon qui font disparaître les raisons de vivre, l’éloignement de la famille, le caractère impersonnel de l’institution. Dans les instituts, en effet, on meurt quatre fois plus vite qu’à la maison, à conditions de santé égales. La Communauté de Sant’Egidio est présente dans des centaines d’instituts en Italie, en Europe et sur d’autres continents, à travers un service fait de compagnie, d’animation, d’accompagnement et de soin pastoral. La proximité amicale et assidue aide les personnes âgées à maintenir une vie relationnelle, à ne pas perdre les rapports avec l’environnement et à conserver toute leur personnalité. La présence de la Communauté dans les instituts pour personnes âgées constitue une proposition « stimulante » afin que ces institutions puissent remplir leur rôle le mieux possible.


Les nouvelles solutions-logement proposées par la Communauté de Sant’Egidio
Certaines personnes âgées se retrouvent dans l’impossibilité de vivre à domicile, à cause de leur faible autonomie, de la perte d’une allocation, de conflits familiaux, de faibles ressources financières… Dans ce contexte, pour réduire le nombre de séjours dans des méga-structures, des solutions alternatives ont été élaborées, des expériences de co-housing (maisons partagées) qui, au fil du temps, ont donné vie à un modèle articulé pour répondre aux besoins de la population âgée : cohabitations, immeubles partagés et protégés, maisons d’accueil.


Des aînés vivant ensemble : les maisons partagées de Sant’Egidio
De nombreuses cohabitations ont été réalisées à travers le monde entre personnes âgées, encouragées et soutenues par la Communauté. Les aînés, mettant en commun leurs propres ressources, parfois plus que modestes, ont réussi à éviter un séjour en institut, à garantir l’assistance nécessaire, continuant à vivre comme ils le désirent. Les cohabitations représentent une alternative innovante à l’institutionnalisation et favorisent en les valorisant les ressources informelles du territoire (voisins, parents, etc…).


Immeubles « protégés » et maisons d’accueil
Il s’agit d’immeubles entiers de mini-appartements (40-60 m² chacun) pour une ou deux personnes, destinés à des personnes âgées autosuffisantes, mais avec une fragilité du point de vue du logement (sans domicile, expulsés, personnes seules). A ces hôtes sont offerts des services communs et un soutien aux problèmes de la vie quotidienne. C’est une manière de continuer à vivre dans une maison, en étant cependant dans un environnement protégé. Les maisons d’accueil sont en revanche pensées pour des personnes âgées ayant une autonomie fonctionnelle réduite, dans l’impossibilité de rester chez elles, par manque de ressources financières ou de relations personnelles. Les personnes âgées accueillies y trouvent un environnement familier. Les appartements sont meublés et décorés de manière non anonyme ; les hôtes sont encouragés à apporter leur propre mobilier. L’absence de barrières architectoniques et les nombreux équipements aident à ne pas perdre son autonomie.