news

Malnutrition infantile et impact du COVID-19 : l'engagement de DREAM

21 Juillet 2021

Dream
L'AfriqueenfantsSantéMalnutrition

Partager Sur

Depuis sa création en 2002, le programme DREAM de la Communauté de Sant'Egidio a été pensé pour lutter à la fois contre le VIH/SIDA et la malnutrition.

La pandémie actuelle de COVID-19 a confronté pour la première fois chaque nation, chaque population et chaque gouvernement à la nécessité immédiate de s'attaquer à une seule et même urgence sanitaire en tant que priorité absolue, en concentrant initialement tous les efforts, politiques, sociaux et économiques, sur cet objectif.

Un fait inquiétant ressort des estimations conjointes sur la malnutrition de l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), du Fonds international de développement agricole (FIDA), du Fonds des Nations unies pour l'enfance (UNICEF), du Programme alimentaire mondial (PAM) et de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) publiées ici : en 2020, la situation de la faim dans le monde s'est considérablement aggravée, en raison notamment des conséquences de la pandémie de Covid-19.

L'état de la sécurité alimentaire et de la nutrition dans le monde 2021 (SOFI), la première évaluation synthétique mondiale de l'insécurité alimentaire et de la malnutrition en 2020, donne également quelques indications sur ce que seront la faim et la malnutrition d'ici 2030.

Près d'un dixième de la population mondiale - jusqu'à 811 millions de personnes - a souffert de la faim en 2020.  Après être restée pratiquement inchangée pendant cinq ans, la faim dans le monde a augmenté l'an dernier. 

Le rapport indique que des progrès ont été réalisés sur certaines formes de malnutrition, mais que le monde n'est pas sur la bonne voie pour atteindre les objectifs mondiaux en matière de nutrition d'ici 2030.

Au cours de l'année écoulée, le COVID-19 et les mesures sans précédent destinées à le contenir ont exposé et intensifié les vulnérabilités et les insuffisances des systèmes alimentaires mondiaux. 

La malnutrition amplifie l'effet de toute maladie, y compris le VIH, à tel point que les régions touchées par le VIH sont également touchées par la malnutrition. Cette coïncidence est particulièrement évidente en Afrique subsaharienne, où les carences nutritionnelles et l'insécurité alimentaire sont une réalité quotidienne. Le VIH/sida couplé à la crise alimentaire forment un cercle vicieux : la malnutrition diminue les défenses immunitaires et augmente le risque et la gravité des infections. Il est clair qu'une bonne nutrition ne guérit pas le VIH/SIDA, mais elle constitue une aide thérapeutique essentielle et complémentaire aux thérapies antirétrovirales.

Au cours de ces 20 années d'activité, DREAM a dépensé beaucoup d'énergie pour lutter contre la malnutrition des enfants. La combinaison de l'alimentation et de la thérapie a donné des résultats extraordinaires et a sauvé la vie de très nombreuses personnes.

Tout cela nous donne la force pour continuer dans cette direction : nous n'avons pas l'intention de diminuer la visibilité de cette réalité. Au contraire, nous sommes plus déterminés que jamais, conscients que notre engagement est d'une importance fondamentale dans les pays où nous sommes présents, surtout en cette période de crise liée à la pandémie.