Le jour du Seigneur

Partager Sur

5e dimanche de Pâques


Première lecture

Actes des Apôtres 14,21-27

Ils annoncèrent la Bonne Nouvelle à cette cité et firent bon nombre de disciples. Puis ils retournèrent à Lystres, à Iconium et à Antioche de Pisidie ;
ils affermissaient le courage des disciples ; ils les exhortaient à persévérer dans la foi, en disant : « Il nous faut passer par bien des épreuves pour entrer dans le royaume de Dieu. »
Ils désignèrent des Anciens pour chacune de leurs Églises et, après avoir prié et jeûné, ils confièrent au Seigneur ces hommes qui avaient mis leur foi en lui.
Ils traversèrent la Pisidie et se rendirent en Pamphylie.
Après avoir annoncé la Parole aux gens de Pergé, ils descendirent au port d'Attalia,
et s'embarquèrent pour Antioche de Syrie, d'où ils étaient partis ; c'est là qu'ils avaient été remis à la grâce de Dieu pour l'œuvre qu'ils avaient accomplie.
Une fois arrivés, ayant réuni l'Église, ils rapportèrent tout ce que Dieu avait fait avec eux, et comment il avait ouvert aux nations la porte de la foi.

Deuxième lecture

Apocalypse 21,1-5

Alors j'ai vu un ciel nouveau et une terre nouvelle, car le premier ciel et la première terre s'en étaient allés et, de mer, il n'y en a plus.
Et la Ville sainte, la Jérusalem nouvelle, je l'ai vue qui descendait du ciel, d'auprès de Dieu, prête pour les noces, comme une épouse parée pour son mari.
Et j'entendis une voix forte qui venait du Trône. Elle disait : « Voici la demeure de Dieu avec les hommes ; il demeurera avec eux, et ils seront ses peuples, et lui-même, Dieu avec eux, sera leur Dieu.
Il essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus, et il n'y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur : ce qui était en premier s'en est allé. »
Alors celui qui siégeait sur le Trône déclara : « Voici que je fais toutes choses nouvelles. » Et il dit : « Écris, car ces paroles sont dignes de foi et vraies. »

Lecture de l'Évangile

Alléluia, alléluia, alléluia.

Hier, j'ai été enseveli avec le Christ,
Aujourd'hui je ressuscite avec toi qui es ressuscité.
Avec toi j'ai été crucifié,
souviens-toi de moi, Seigneur, dans ton Royaume.

Alléluia, alléluia, alléluia.

Jean 13,31-35

Quand il fut sorti, Jésus déclara : « Maintenant le Fils de l'homme est glorifié, et Dieu est glorifié en lui.
Si Dieu est glorifié en lui, Dieu aussi le glorifiera ; et il le glorifiera bientôt.
Petits enfants, c'est pour peu de temps encore que je suis avec vous. Vous me chercherez, et, comme je l'ai dit aux Juifs : “Là où je vais, vous ne pouvez pas aller”, je vous le dis maintenant à vous aussi.
Je vous donne un commandement nouveau : c'est de vous aimer les uns les autres. Comme je vous ai aimés, vous aussi aimez-vous les uns les autres.
À ceci, tous reconnaîtront que vous êtes mes disciples : si vous avez de l'amour les uns pour les autres. »

 

Alléluia, alléluia, alléluia.

Hier, j'ai été enseveli avec le Christ,
Aujourd'hui je ressuscite avec toi qui es ressuscité.
Avec toi j'ai été crucifié,
souviens-toi de moi, Seigneur, dans ton Royaume.

Alléluia, alléluia, alléluia.

Homélie

L'Évangile nous ramène au Cénacle et nous fait réécouter les premiers mots du long discours que Jésus a tenu aux disciples ce soir-là. Malgré leurs faiblesses et les nôtres, Jésus sait que si les disciples gardent ses paroles, ils ne céderont pas à la peur et vaincront le mal. Il leur parle longuement ce soir-là. À la fin, il les confie au Père. Jésus, pourrions-nous dire, nous enseigne à prier pour la communauté, comme il a prié pour sa première communauté. Comme pour résumer tout l'Évangile en quelques mots, il leur dit : " Je vous donne un commandement nouveau : c'est de vous aimer les uns les autres ; comme je vous ai aimés, vous aussi, aimez-vous les uns les autres ". Le mot " nouveau " signifie final, définitif, valable pour toujours. En fait, tout l'Évangile se résume à s'aimer les uns les autres du même amour que Jésus. L'amour que les disciples de Jésus sont appelés à vivre entre eux n'est pas n'importe quel amour, ce n'est pas un sentiment qui vient d'eux-mêmes ou de leurs mesures, il ne vient pas du caractère ou de la force. L'amour que les disciples sont appelés à vivre est celui de Jésus lui-même. Cet amour dont il est dit ailleurs dans l'Évangile : " Ayant aimé les siens qui étaient dans le monde, il les aima jusqu'à la fin ". Jésus ne se contente pas de répéter ce qui est écrit dans le Lévitique : " tu aimeras ton prochain comme toi-même " (19,18), mais il précise : " aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés ", c'est-à-dire d'un amour qui ne connaît pas de limites et qui va jusqu'à donner sa vie pour les autres.
C'est cet amour que Jésus demande à ses disciples d'accepter et de vivre, cet amour qui fait d'eux ses disciples. Jean le répète dans sa Première lettre : " Voici comment nous avons reconnu l'amour : lui, Jésus, a donné sa vie pour nous. Nous aussi, nous devons donner notre vie pour nos frères ". (1 Jn 3, 16).
Jésus ajoute ensuite que ce n'est qu'en aimant de la sorte qu'ils seront reconnus comme ses disciples : " À ceci tous reconnaîtront que vous êtes mes disciples ". Oui, ce n'est qu'en acceptant puis en vivant de cet amour que les disciples peuvent être reconnus comme appartenant à Jésus. C'est l'amour qui nous est donné dans la sainte liturgie. Nous aussi, comme les disciples à la dernière Cène, nous recevons sa parole et le pain de l'Eucharistie. Car chaque fois que nous nous réunissons autour de la table du Seigneur, nous sommes transformés en son corps pour vivre de son même amour.
Oui, l'amour de Jésus nous transfigure, fait de nous un peuple saint qui réalise toutes choses nouvelles, console ceux qui sont tristes, guérit les malades, soutient les pauvres, redonne espoir à ceux qui sont perdus, accueille les rejetés, ouvre des couloirs humanitaires dans les enfers de la guerre. Avec cet amour, le monde est changé. Un ancien sage chrétien, Tertullien, a dit : " C'est surtout la pratique de l'amour qui a failli mettre le feu aux poudres aux yeux des païens : "voyez comme ils s'aiment" disent-ils (alors qu'ils se haïssent) "et comme ils sont prêts à donner leur vie les uns pour les autres" (alors qu'ils préfèrent s'entretuer) ". Le nouveau commandement est celui du temps de la fraternité et de la paix. Le Seigneur l'a donné au cœur de la communauté, faisons de ce cœur le nôtre.