Le jour du Seigneur

Partager Sur

Fête de la Sainte Trinité


Première lecture

Exode 34,4-6.8-9

Moïse tailla deux tables de pierre semblables aux premières. Il se leva de bon matin, et il gravit la montagne du Sinaï comme le Seigneur le lui avait ordonné. Il emportait les deux tables de pierre.
Le Seigneur descendit dans la nuée et vint se placer là, auprès de Moïse. Il proclama son nom qui est : LE SEIGNEUR.
Il passa devant Moïse et proclama : « LE SEIGNEUR, LE SEIGNEUR, Dieu tendre et miséricordieux, lent à la colère, plein d’amour et de vérité,
Aussitôt Moïse s’inclina jusqu’à terre et se prosterna.
Il dit : « S’il est vrai, mon Seigneur, que j’ai trouvé grâce à tes yeux, daigne marcher au milieu de nous. Oui, c’est un peuple à la nuque raide ; mais tu pardonneras nos fautes et nos péchés, et tu feras de nous ton héritage. »

Psaume responsorial

Psaume 3

Yahvé, qu'ils sont nombreux mes oppresseurs, nombreux ceux qui se lèvent contre moi,

"nombreux ceux qui disent de mon âme ""Point de salut pour elle en son Dieu!"""

Mais toi, Yahvé, bouclier qui m'entoures, ma gloire! tu me redresses la tête.

À pleine voix je crie vers Yahvé, il me répond de sa montagne sainte.

Et moi, je me couche et m'endors, je m'éveille : Yahvé est mon soutien.

Je ne crains pas ces gens par milliers qui forment un cercle contre moi.

Lève-toi, Yahvé! Sauve-moi, mon Dieu! Tu frappes à la joue tous mes adversaires, les dents des impies, tu les brises.

De Yahvé, le salut! Sur ton peuple, ta bénédiction!

 

Deuxième lecture

2 Corinthiens 13,11-13

Enfin, frères, soyez dans la joie, cherchez la perfection, encouragez-vous, soyez d’accord entre vous, vivez en paix, et le Dieu d’amour et de paix sera avec vous.
Saluez-vous les uns les autres par un baiser de paix. Tous les fidèles vous saluent.
Que la grâce du Seigneur Jésus Christ, l’amour de Dieu et la communion du Saint-Esprit soient avec vous tous.

Lecture de l'Évangile

Alléluia, alléluia, alléluia.

Hier, j'ai été enseveli avec le Christ,
Aujourd'hui je ressuscite avec toi qui es ressuscité.
Avec toi j'ai été crucifié,
souviens-toi de moi, Seigneur, dans ton Royaume.

Alléluia, alléluia, alléluia.

Jean 3,16-18

Car Dieu a tellement aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne se perde pas, mais obtienne la vie éternelle.
Car Dieu a envoyé son Fils dans le monde, non pas pour juger le monde, mais pour que, par lui, le monde soit sauvé.
Celui qui croit en lui échappe au Jugement ; celui qui ne croit pas est déjà jugé, du fait qu’il n’a pas cru au nom du Fils unique de Dieu.

 

Alléluia, alléluia, alléluia.

Hier, j'ai été enseveli avec le Christ,
Aujourd'hui je ressuscite avec toi qui es ressuscité.
Avec toi j'ai été crucifié,
souviens-toi de moi, Seigneur, dans ton Royaume.

Alléluia, alléluia, alléluia.

Homélie

La sainte liturgie du jour vient à notre rencontre et nous suggère que les premiers pas de l'Église née lors de la Pentecôte se font au nom de la Trinité. Tout vient de Dieu, de son mystère d'amour sans limites qui a conduit le Père à envoyer son propre fils pour le salut de tous les peuples. Jésus affirme à Nicomède : « Car Dieu a tellement aimé le monde qu'il a donné son fils unique, afin que quiconque croit en lui ne se perde pas, mais obtienne la vie éternelle. » (Jn 3,16) Et l'auteur de la Lettre aux Hébreux fait référence à cet amour de Dieu, toujours en sortie : « À bien des reprises et de bien des manières, Dieu, dans le passé, a parlé à nos pères par les prophètes ; mais à la fin, en ces jours où nous sommes, il nous a parlé par son Fils. » (He 1,1-2) Et Jésus, après sa résurrection, a répandu sur les disciples l'Esprit saint qui allait les guider jusqu'à la vérité toute entière. La fête de la Trinité, alors qu'elle nous invite à célébrer cet amour de Dieu sans limites, nous fait contempler l'Église, la Communauté chrétienne, comme le fruit de l'amour du Père, du Fils et de l'Esprit saint. L'Église, la Communauté chrétienne, n'est pas une œuvre humaine, elle n'est pas le fruit d'une simple initiative humaine. Et elle est l'œuvre de Dieu, de son amour, de son grand don au monde. Ainsi, l'Église, la Communauté chrétienne, est avant tout un mystère à contempler, à accueillir, à respecter, à conserver, à défendre, à aimer. C'est l'une des grandes conquêtes du concile Vatican II : l'Église est avant tout un mystère d'amour ; un mystère à contempler, à accueillir, à respecter, à conserver, à aimer. Ce n'est que dans cette réalité que l'Église est communauté, et non une institution où seule compte l'organisation. Celui qui écoute l'Évangile avec le cœur n'est pas uniquement accueilli au sein d'une communauté organisée, il est surtout accueilli au sein du mystère trinitaire, dans la communion avec Dieu. Nous vivons dans le Père, dans le Fils et dans le Saint-Esprit. La belle coutume du signe de croix, que nous sommes invités à faire au début et à la fin de chaque action, nous rappelle justement ce mystère au sein duquel nous sommes intégrés. L'Église a une vocation dans sa constitution même : elle est au service de l'unité et de la communion. La fête de la Trinité est une invitation pressante à nous joindre au dynamisme même de Dieu, à avoir ses ambitions, à vivre sa vie, à jouir de l'amour qui ne finit pas. Le Seigneur, qui veut le salut de tous, le réalise en réunissant les hommes et les femmes autour de lui, dans une grande famille sans limites. Le salut s'appelle, justement, communion entre Dieu et les hommes. C'est peut-être un rêve naïf. En tout cas, c'est un beau rêve. C'est le rêve de Dieu pour le monde.