Prière avec Marie, mère du Seigneur

Partager Sur


Lecture de la Parole de Dieu

Alléluia, alléluia, alléluia.

L'Esprit du Seigneur est sur toi.
Celui qui naîtra de toi sera saint.

Alléluia, alléluia, alléluia.

Luc 11,37-41

Pendant que Jésus parlait, un pharisien l'invita pour le repas de midi. Jésus entra chez lui et prit place.
Le pharisien fut étonné en voyant qu'il n'avait pas fait d'abord les ablutions précédant le repas.
Le Seigneur lui dit : « Bien sûr, vous les pharisiens, vous purifiez l'extérieur de la coupe et du plat, mais à l'intérieur de vous-mêmes vous êtes remplis de cupidité et de méchanceté.
Insensés ! Celui qui a fait l'extérieur n'a-t-il pas fait aussi l'intérieur ?
Donnez plutôt en aumône ce que vous avez, et alors tout sera pur pour vous.

 

Alléluia, alléluia, alléluia.

Nous sommes, Seigneur, tes serviteurs
qu'il nous advienne selon ta Parole.

Alléluia, alléluia, alléluia.

Le passage de l'Evangile nous présente un pharisien qui invite Jésus à déjeuner chez lui. Pour Jésus, ces déjeuners sont une occasion précieuse de montrer la valeur de l'accueil et de l'hospitalité : ces déjeuners semblent suggérer l'image du royaume, où l'étendue de l'accueil et la joie de la communion comptent, et certainement pas l'observance des pratiques rituelles. Jésus a réalisé l'âme malveillante du Pharisien, sans qu'il n'ouvre la bouche. Mais il lui a répondu avant même qu'il ne parle. Et il n'a pas répondu à la question rituelle qui préoccupait le pharisien. Il le déplace sur un autre plan : celui du cœur. Et son discours est particulièrement dur. Jésus fait immédiatement comprendre au pharisien que dans la vie, ce n'est pas l'apparence qui compte, même si elle est correcte, mais le fait d'être un homme et une femme au cœur miséricordieux. Nous devons dire que même dans notre société où l'apparence compte plus que l'être et la miséricorde, cette courte page d'Evangile attire l'attention sur ce qui est le centre de la vie. C'est dans le cœur, dans l'intériorité que la vie de l'homme, son bonheur et son salut sont en jeu. Si le cœur est plein de méchanceté, l'action sera également conséquente. Cela ne compte pas de multiplier les gestes et les actions si le cœur est plein de "cupidité et de malice". Au contraire, Jésus dit : "faisons plutôt l'aumône de ce qui est à l'intérieur", c'est-à-dire donnons l'amour qui est dans notre cœur. La véritable pureté est l'amour que chaque croyant reçoit de Dieu, et non la multiplicité des rites qu'il pratique. Toute la tradition biblique, qui trouve son exaltation dans l'Évangile, exhorte les chrétiens à faire l'aumône, non pas parce qu'elle "résout" le problème social, mais parce qu'elle est le premier pas de l'amour : l'aumône oblige à regarder au-delà de soi-même pour l'orienter vers les nécessiteux et leur donner quelque chose, même si c'est peu. Malheur à bloquer ce premier pas du cœur qui se dépasse, nous resterions enfermés dans notre égoïsme.