Prière de la Sainte Croix

Partager Sur


Lecture de la Parole de Dieu

Alléluia, alléluia, alléluia.

Ceci est l'Évangile des pauvres,
la libération des prisonniers,
la vue aux aveugles,
la liberté des opprimés.

Alléluia, alléluia, alléluia.

Luc 9,18-22

En ce jour-là, Jésus était en prière à l'écart. Comme ses disciples étaient là, il les interrogea : « Au dire des foules, qui suis-je ? »
Ils répondirent : « Jean le Baptiste ; mais pour d'autres, Élie ; et pour d'autres, un prophète d'autrefois qui serait ressuscité. »
Jésus leur demanda : « Et vous, que dites-vous ? Pour vous, qui suis-je ? » Alors Pierre prit la parole et dit : « Le Christ, le Messie de Dieu. »
 Mais Jésus, avec autorité, leur défendit vivement de le dire à personne,
et déclara : « Il faut que le Fils de l'homme souffre beaucoup, qu'il soit rejeté par les anciens, les grands prêtres et les scribes, qu'il soit tué, et que, le troisième jour, il ressuscite. »

 

Alléluia, alléluia, alléluia.

Le Fils de l'homme
est venu pour servir.
Que celui qui veut être grand
se fasse le serviteur de tous.

Alléluia, alléluia, alléluia.

La profession de foi de Pierre représente un moment charnière du récit évangélique : elle prépare le début du voyage de Jésus à Jérusalem. Luc ne précise pas le lieu où la scène se situe (pour Marc et Matthieu, c'est à Césarée de Philippe), mais il l'inscrit dans un horizon de prière, situation qui se répète fréquemment dans le troisième Évangile. L'évangéliste semble vouloir décrire le moment où la communauté chrétienne se rassemble pour la prière commune : c'est un temps indispensable pour vivre la rencontre personnelle avec Jésus. A cette occasion - souligne le texte - Jésus demande aux disciples ce que les gens pensent de lui. On fait état de plusieurs rumeurs, qui étaient d'ailleurs arrivées jusqu'à Hérode. Jésus voulait surtout savoir ce qu'eux-mêmes, eux qui le suivaient depuis quelque temps, pensaient de lui. Jésus regardait ce groupe comme sa famille, comme ceux qui mettaient en pratique sa prédication. C'est pourquoi il voulait savoir ce qu'ils pensaient de lui, dans leur cœur. Pierre, au nom de tous, répond : " Le Christ de Dieu ". C'est une profession solennelle. Elle est encore plus claire que celle qui figure dans le passage de Marc puisqu'au mot " Messie " est accolé le mot " de Dieu ". Pierre est vraiment le premier, celui qui professe la vraie foi au nom de tous. Il nous précède afin que chacun de nous réponde avec les mêmes mots à la question que Jésus continue de nous adresser : " Et vous, qui dites-vous que je suis ? ". Jésus lui-même demande à notre esprit et à notre cœur de le comprendre et de l'aimer comme notre Sauveur, comme celui qui nous libère du péché et de la mort. Ce n'est pas pour se cacher que Jésus ne révèle pas d'emblée le secret sur sa personne, mais il ne veut pas qu'on déforme sa mission en en donnant une clé de lecture mondaine et fausse. Il ne veut pas qu'on se trompe sur sa mission. C'est pourquoi il est préférable que la connaissance soit graduelle. La difficulté pour comprendre en profondeur sa mission apparaît immédiatement quand il parle du sort qui l'attend à Jérusalem. Le message de Jésus est clair : il faut passer par la croix pour parvenir à la résurrection. C'est le mystère de la vie de Jésus, de celle de l'Église et des disciples de tous temps. La victoire du bien sur le mal passe toujours pas la voie de la croix.