Prière pour l'Église

Partager Sur

Mémoire de sainte Marthe. Elle accueillit le Seigneur Jésus dans sa maison.


Lecture de la Parole de Dieu

Alléluia, alléluia, alléluia.

Je suis le Bon Pasteur,
mes brebis entendent ma voix.
Elles deviendront un seul troupeau
et un seul enclos.

Alléluia, alléluia, alléluia.

Luc 10,38-42

Chemin faisant, Jésus entra dans un village. Une femme nommée Marthe le reçut.
Elle avait une sœur appelée Marie qui, s'étant assise aux pieds du Seigneur, écoutait sa parole.
Quant à Marthe, elle était accaparée par les multiples occupations du service. Elle intervint et dit : « Seigneur, cela ne te fait rien que ma sœur m'ait laissé faire seule le service ? Dis-lui donc de m'aider. »
Le Seigneur lui répondit : « Marthe, Marthe, tu te donnes du souci et tu t'agites pour bien des choses.
Une seule est nécessaire. Marie a choisi la meilleure part, elle ne lui sera pas enlevée. »

 

Alléluia, alléluia, alléluia.

Je vous donne un commandement nouveau:
aimez-vous les uns les autres.

Alléluia, alléluia, alléluia.

Aujourd'hui, l'Église fait mémoire de Marthe, la sœur de Marie et de Lazare. Grâce à cette mémoire, nous comprenons la force de l'Évangile qui change le cœur et la vie de Marthe. Marthe est une femme accueillante. Elle accomplit certainement un très beau geste à l'égard de ceux qui communiquent le message de Dieu. Elle est prête à dresser la table pour eux. Ce " service d'accueil " l'occupe considérablement. L'évangéliste le souligne pour introduire un enseignement décisif à l'égard de ceux qui veulent marcher à la suite de Jésus. Marthe a une sœur qui est décrite de façon opposée à Marie. Tandis que cette dernière est accaparée par ses occupations au point d'oublier pratiquement Jésus, Marie au contraire est présentée comme blottie aux pieds de Jésus, écoutant ses paroles. Les mots employés par l'évangéliste sont caractéristiques de l'attitude du disciple à l'égard du maître. Par conséquent, cette scène est paradigmatique : Marie est une disciple, précisément parce qu'elle écoute le maître. L'évangéliste décrit l'attitude de Marthe, par contraste avec celle de Marie. Elle s'est concentrée sur son travail au point d'être restée à l'écart de l'écoute de Jésus. Et irritée par l'attitude de Marie, elle adresse à Jésus des reproches, se sentant non considérée. Nous pourrions dire que Marthe est tombée dans la tentation du protagonisme. Elle est jalouse de Marie, qui est assise aux pieds de Jésus. Marthe peut penser qu'il est erroné de ne rien faire pour son hôte. En réalité, elle n'a toujours pas compris qui est Jésus. Chaque fois que l'on reste concentré sur soi, on évite d'écouter Jésus. La part la meilleure est celle qu'on ne peut pas enlever : le lien avec Jésus. Marie s'est placée devant le maître et elle l'écoute. Marthe a appris la leçon que lui a donnée Jésus, et l'accueillant par la suite chez elle, elle lui ouvrit son cœur. Lorsque Jésus s'approcha pour se rendre sur la tombe de Lazare, qui était mort, ce fut Marthe qui s'aperçut la première de la présence du maître et qui courût à sa rencontre. Elle avait appris à courir vers ce maître qui avait su l'aimer, ainsi que sa sœur et Lazare comme personne d'autre. Aujourd'hui, l'Evangile nous demande à nous aussi de ne pas nous laisser emporter par nos occupations mais de sortir et de courir vers le maître qui peut nous sauver de la mort.