Prière pour l'Eglise

Partager Sur

Mémoire de Saint François Xavier, jésuite du XVIe siècle, missionnaire en Inde et au Japon.


Lecture de la Parole de Dieu

Alléluia, alléluia, alléluia.

Je suis le Bon Pasteur,
mes brebis entendent ma voix.
Elles deviendront un seul troupeau
et un seul enclos.

Alléluia, alléluia, alléluia.

Matthieu 7,21.24-27

Ce n’est pas en me disant : “Seigneur, Seigneur !” qu’on entrera dans le royaume des Cieux, mais c’est en faisant la volonté de mon Père qui est aux cieux.
Ainsi, celui qui entend les paroles que je dis là et les met en pratique est comparable à un homme prévoyant qui a construit sa maison sur le roc.
La pluie est tombée, les torrents ont dévalé, les vents ont soufflé et se sont abattus sur cette maison ; la maison ne s’est pas écroulée, car elle était fondée sur le roc.
Et celui qui entend de moi ces paroles sans les mettre en pratique est comparable à un homme insensé qui a construit sa maison sur le sable.
La pluie est tombée, les torrents ont dévalé, les vents ont soufflé, ils sont venus battre cette maison ; la maison s’est écroulée, et son écroulement a été complet. »

 

Alléluia, alléluia, alléluia.

Je vous donne un commandement nouveau:
aimez-vous les uns les autres.

Alléluia, alléluia, alléluia.

Jésus est sur le point de terminer le Discours sur la montagne. Il confronte celui qui écoute et met ses paroles en pratique à celui qui ne fait que les écouter. Jésus avertit de manière claire que ces paroles ne sont pas une exhortation morale, elles sont un " fondement ", dans le sens où elles fondent la vie nouvelle du disciple. L'Évangile est la vérité, la substance, la réalité la plus solide sur laquelle nous pouvons fonder notre vie.
Dans un monde de plus en plus fuyant, à la merci des sentiments individualistes, les paroles évangéliques sont, pour ainsi dire, le véritable roc sur lequel nous pouvons bâtir notre vie, celle de la communauté et celle de la société. Jésus nous propose deux images opposées : " Ainsi, celui qui entend les paroles que je dis là et les met en pratique est comparable à un homme prévoyant qui a construit sa maison sur le roc ", tandis que " celui qui entend de moi ces paroles sans les mettre en pratique est comparable à un homme insensé qui a construit sa maison sur le sable ".
L'exemple est développé : " La pluie est tombée, les torrents ont dévalé, les vents ont soufflé et se sont abattus sur " ces deux maisons. Jésus parle des tempêtes de la vie : les tentations qui nous assaillent, les difficultés qui s'abattent sur nous, les problèmes qui nous accablent, et ainsi de suite. Ainsi, dans la tempête de la pandémie et devant l'incertitude de l'avenir, la maison bâtie sur le roc, c'est-à-dire sur une vie vécue dans la fidélité à l'Évangile et dans l'amour, reste solide ; tandis que la maison bâtie sur le sable s'effondre inexorablement. Et qu'est-ce que le sable si ce n'est les innombrables grains de nos vices, de nos instincts - tous minuscules - qui remplissent notre cœur et notre esprit et rendent notre vie souvent vide et banale ?
La Parole de Dieu est donc le fondement : elle rend la maison stable et elle l'illumine pour qu'elle soit au service de l'Évangile et de tous, et particulièrement des pauvres.