Prière pour les malades

Partager Sur

Prière pour les malades dans la basilique Sainte-Marie-au-Transtevere.


Lecture de la Parole de Dieu

Alléluia, alléluia, alléluia.

Ceci est l'Évangile des pauvres
la libération des prisonniers
la vue aux aveugles
la liberté des opprimés.

Alléluia, alléluia, alléluia.

Jéremie 28,1-17

Cette année-là, au début du règne de Sédécias, roi de Juda, la quatrième année, au cinquième mois, le prophète Ananie, fils d’Azzour, originaire de Gabaon, me dit dans la maison du Seigneur, en présence des prêtres et de tout le peuple :
« Ainsi parle le Seigneur de l’univers, le Dieu d’Israël : J’ai brisé le joug du roi de Babylone !
Dans deux ans, jour pour jour, je ferai revenir en ce lieu tous les objets de la maison du Seigneur que Nabucodonosor, roi de Babylone, a enlevés pour les emporter à Babylone.
Je ramènerai ici Jékonias, fils de Joakim, roi de Juda, avec tous les déportés de Juda qui sont partis à Babylone - oracle du Seigneur -, car je vais briser le joug du roi de Babylone ! »
Le prophète Jérémie répondit au prophète Ananie en présence des prêtres et de tout le peuple, qui se tenaient dans la maison du Seigneur.
Il lui dit : « Amen ! Que le Seigneur agisse ainsi, que le Seigneur accomplisse ta prophétie : qu’il fasse revenir de Babylone les objets de la maison du Seigneur et tous les déportés.
Cependant, écoute bien cette parole que je vais te faire entendre, à toi et à tout le peuple :
Les prophètes qui nous ont précédés, toi et moi, depuis bien longtemps, ont prophétisé contre de nombreux pays et de grands royaumes la guerre, le malheur et la peste.
Le prophète qui annonce la paix n’est reconnu comme prophète vraiment envoyé par le Seigneur, que si sa parole s’accomplit. »
Alors le prophète Ananie enleva le joug que le prophète Jérémie s’étais mis sur la nuque, et il le brisa.
Et Ananie déclara en présence de tout le peuple : « Ainsi parle le Seigneur : De la même manière, dans deux ans, jour pour jour, je briserai le joug de Nabucodonosor, roi de Babylone, pour en délivrer toutes les nations. » Alors le prophète Jérémie alla son chemin.
La parole du Seigneur fut adressée à Jérémie après que le prophète Ananie eut brisé le joug qui était sur sa nuque.
« Va dire à Ananie : Ainsi parle le Seigneur : Tu as brisé un joug de bois, mais à sa place tu feras un joug de fer.
Car ainsi parle le Seigneur de l’univers, le Dieu d’Israël : C’est un joug de fer que je mets sur la nuque de toutes ces nations, pour qu’elles servent Nabucodonosor, roi de Babylone. Et elles le serviront. Je lui ai donné même les bêtes sauvages. »
Le prophète Jérémie dit alors au prophète Ananie : « Écoute bien, Ananie : le Seigneur ne t’a pas envoyé, et toi, tu rassures ce peuple par un mensonge.
C’est pourquoi, ainsi parle le Seigneur : Je te renvoie de la surface de la terre ; tu mourras cette année, car c’est la révolte que tu as prêchée contre le Seigneur. »
Le prophète Ananie mourut cette même année, au septième mois.

 

Alléluia, alléluia, alléluia.

Le Fils de l'homme
est venu pour servir.
Que celui qui veut être grand
se fasse le serviteur de tous.

Alléluia, alléluia, alléluia.

Ananie, membre la famille des prophètes du temple, eut un affrontement avec Jérémie. Contrairement à ce dernier, qui nous apparaît comme un prophète de souffrances et de désastres, Ananie veut apparaître comme un prophète de temps meilleurs, aux situations plaisantes, aux perspectives optimistes. C'est pourquoi Ananie arrache le joug du cou de Jérémie, le brise et dit au peuple : « Ainsi parle le Seigneur : C'est de cette façon que dans juste deux ans je briserai le joug de Nabuchodonosor, roi de Babylone, l'enlevant de la nuque de toutes les nations ». Et le texte d'ajouter : « Le prophète Jérémie s'en alla ». Jérémie s'en va sur le chemin du Seigneur, même s'il est obligé de détruire le peu d'espoir qui restait encore au peuple. Jérémie annonce la déportation de Juda, car c'est là le dessein de Dieu. Au contraire, Ananie, qui suit ses propres calculs, leur promet la victoire contre le roi de Babylone. Les propos flatteurs d'Ananie sont applaudis, tandis que Jérémie devient la cible de toutes les critiques, au point que certains voudraient qu'il périsse. Mais l'histoire va démentir leur opinion. Aucune histoire, ni individuelle ni collective, n'appartient aux « devins, songe-creux, enchanteurs et magiciens » (Jr 27, 9). Il nous faut sans doute rêver à la paix, la proposer comme avenir pour tous, mais on ne la réalise que par les engagements concrets et constants de ceux qui la cherchent en dépensant toute leur vie pour son avènement. La paix a besoin de bâtisseurs de paix et non de discours. Et la paix commence au fond de nos cœurs pacifiés. Ce n'est qu'alors qu'elle peut être annoncée et réalisée. Jérémie répond à Ananie en disant : « Le prophète qui prophétise la paix, c'est quand s'accomplit sa parole qu'on le reconnaît pour un authentique envoyé du Seigneur ! »(v. 9). La parole du prophète se réalisera lorsqu'elle est aussi le fruit de la bénédiction du Seigneur, d'une prière persévérante faite de tout cœur, dans laquelle plusieurs invoquent ensemble le don de la paix, nécessaire et désiré surtout pour les pauvres. Ananie a prêché « la révolte contre le Seigneur » (v. 16), et non la paix. La guerre contre le roi de Babylone qu'il voulait entreprendre, répondait peut-être à des plans stratégiques humains, mais sûrement pas à l'inspiration du Seigneur. Malheur à ceux qui prêchent le mensonge en en entraînant d'autres sur ce chemin. Quant à ceux qui suivent Jérémie sur la route de l'écoute et de la conversion du cœur, ils s'acheminent sur la voie de la paix et du salut.