Prière pour les pauvres

Partager Sur


Lecture de la Parole de Dieu

Alléluia, alléluia, alléluia.

Ceci est l'Évangile des pauvres
la libération des prisonniers
la vue aux aveugles
la liberté des opprimés.

Alléluia, alléluia, alléluia.

2 Pierre 3,11-15.17-18

Ainsi, puisque tout cela est en voie de dissolution, vous voyez quels hommes vous devez être, en vivant dans la sainteté et la piété,
vous qui attendez, vous qui hâtez l’avènement du jour de Dieu, ce jour où les cieux enflammés seront dissous, où les éléments embrasés seront en fusion.
Car ce que nous attendons, selon la promesse du Seigneur, c’est un ciel nouveau et une terre nouvelle où résidera la justice.
C’est pourquoi, bien-aimés, en attendant cela, faites tout pour qu’on vous trouve sans tache ni défaut, dans la paix.
Et dites-vous bien que la longue patience de notre Seigneur, c’est votre salut, comme vous l’a écrit également Paul, notre frère bien-aimé, avec la sagesse qui lui a été donnée.
Quant à vous, bien-aimés, vous voilà prévenus ; prenez garde : ne vous laissez pas entraîner dans l’égarement des gens dévoyés, et n’abandonnez pas l’attitude de fermeté qui est la vôtre.
Mais continuez à grandir dans la grâce et la connaissance de notre Seigneur et Sauveur, Jésus Christ. À lui la gloire, dès maintenant et jusqu’au jour de l’éternité. Amen.

 

Alléluia, alléluia, alléluia.

Le Fils de l'homme
est venu pour servir.
Que celui qui veut être grand
se fasse le serviteur de tous.

Alléluia, alléluia, alléluia.

Aux chrétiens qui doutent du retour du Christ au prétexte qu'il tarde, l'apôtre rappelle que Dieu mesure le temps d'une manière différente de la nôtre. « Mais voici un point, très chers, - écrit-il -que vous ne devez pas ignorer : c'est que devant le Seigneur, un jour est comme mille ans et mille ans comme un jour ». L'apôtre signifie par là que, pour chaque génération chrétienne, les derniers temps sont ceux-là mêmes qu'elle est en train de vivre. Tout croyant, de fait, vit ses derniers temps et il est appelé à les vivre avec le sentiment de responsabilité exigé de chaque disciple de l'Évangile. C'est pourquoi : « Le Seigneur ne retarde pas l'accomplissement de ce qu'il a promis » ajoute l'apôtre. En effet, tous ceux qui accueillent l'Évangile dans leur cœur vivent déjà dans la fin des temps, c'est-à-dire dans la famille de ceux qui sont sauvés par le Seigneur Jésus ressuscité des morts pour notre salut. Nous avons, de fait, la certitude que le dernier jour, celui de la mort, arrivera pour chacun ; et qu'il viendra comme un voleur. C'est pourquoi Pierre rappelle aussi les enseignements de Paul, afin que chacun garde le jugement de Dieu devant ses yeux pour conformer sa vie à la volonté du Seigneur. C'est par une vie évangélique que les chrétiens hâtent la venue de la fin des temps. En participant à la liturgie, en vivant dans la communion fraternelle, en servant les pauvres avec amour, en sollicitant une solidarité universelle, les croyants, non seulement attendent et aperçoivent « les cieux nouveaux et la terre nouvelle » dont parle l'Apocalypse, mais ils les vivent en quelque sorte dès maintenant. Bien sûr, l'attente de l'accomplissement demeure et elle fait partie de l'espérance chrétienne. Néanmoins, cela ne doit pas signifier que l'on vit de manière désordonnée, comme si le temps de la fin n'était toujours que lointain. La fin de chacun tout au moins n'est en effet jamais trop loin de nous. L'apôtre exhorte donc ces chrétiens dispersés à grandir dans l'amour et dans la connaissance du Seigneur Jésus, afin que, lorsque notre dernier jour viendra, il puisse nous trouver « sans tache et sans reproche » et « en paix ».