Prière avec Marie, mère du Seigneur

Partager Sur


Lecture de la Parole de Dieu

Gloire à toi, ô Seigneur et louange à toi.

L'Esprit du Seigneur est sur toi.
Celui qui naîtra de toi sera saint.

Gloire à toi, ô Seigneur et louange à toi.

Nombres 21,4-9

Ils quittèrent Hor-la-Montagne par la route de la mer des Roseaux en contournant le pays d’Édom. Mais en chemin, le peuple perdit courage.
Il récrimina contre Dieu et contre Moïse : « Pourquoi nous avoir fait monter d’Égypte ? Était-ce pour nous faire mourir dans le désert, où il n’y a ni pain ni eau ? Nous sommes dégoûtés de cette nourriture misérable ! »
Alors le Seigneur envoya contre le peuple des serpents à la morsure brûlante, et beaucoup en moururent dans le peuple d’Israël.
Le peuple vint vers Moïse et dit : « Nous avons péché, en récriminant contre le Seigneur et contre toi. Intercède auprès du Seigneur pour qu’il éloigne de nous les serpents. » Moïse intercéda pour le peuple,
et le Seigneur dit à Moïse : « Fais-toi un serpent brûlant, et dresse-le au sommet d’un mât : tous ceux qui auront été mordus, qu’ils le regardent, alors ils vivront ! »
Moïse fit un serpent de bronze et le dressa au sommet du mât. Quand un homme était mordu par un serpent, et qu’il regardait vers le serpent de bronze, il restait en vie !

 

Gloire à toi, ô Seigneur et louange à toi.

Nous sommes, Seigneur, tes serviteurs
qu'il nous advienne selon ta Parole.

Gloire à toi, ô Seigneur et louange à toi.

Cette page du livre des Nombres rend compte de l'un des moments les plus critiques de la marche du peuple d'Israël dans le désert. Recrus de fatigue, les Israélites déversent sur Dieu et sur Moïse tout leur mécontentement. Ils vont jusqu'à regretter le temps de leur esclavage en Égypte. On sait bien que le regret du passé arrive quand notre rêve s'étiole, quand nous avons renoncé à la vision et au projet auquel Dieu nous demande de participer. Il arrive alors que la nostalgie du passé et la plainte l'emporter sur tout les autres sentiments. Et voilà qu'apparaissent des serpents venimeux qui mordent et tuent les personnes. Ce n'est pas Dieu qui envoie les serpents, c'est nous qui semons du venin dans le champ et qui devenons nous-mêmes, par nos langues, comme des serpents venimeux qui vont jusqu'à tuer les gens. La prise de conscience de leur péché pousse les Israélites à se tourner vers Moïse afin qu'il intercède auprès du Seigneur. Une fois de plus, le Seigneur intervient. Il demande de construire un serpent en bronze et de le dresser dans le camp afin que tous ceux qui sont mordus, le regardent et puissent être sauvés. Le désert, devenu un lieu de mort à cause du venin que les hommes y répandent au milieu d'eux, se transforme en un lieu de salut grâce à ce serpent dressé au bout d'un bâton. En écoutant les paroles conclusives de cette page biblique, nous sommes directe- ment renvoyés à la croix qui sera dressée au Golgotha dans quelques jours, afin que nous la contemplions et l'accueil- lions dans notre cœur. En ce temps de Carême, les lectures bibliques qui nous accompagnent jour après jour sont une aide efficace pour purifier nos yeux et le tourner vers « celui qui a été transpercé » pour notre salut.