Prière de Pâques

Partager Sur

Mémoire de saint Marc. Il partagea avec Paul et Barnabé, puis avec Pierre, l'engagement à témoigner et à prêcher l'Evangile. Il est l'auteur du premier évangile écrit.


Lecture de la Parole de Dieu

Alléluia, alléluia, alléluia.

Le Christ est ressuscité !
Il est vraiment ressuscité !

Alléluia, alléluia, alléluia.

1 Pierre 5,5-14

De même, vous les jeunes gens, soyez soumis aux anciens. Et vous tous, les uns envers les autres, prenez l’humilité comme tenue de service. En effet, Dieu s’oppose aux orgueilleux, aux humbles il accorde sa grâce.
Abaissez-vous donc sous la main puissante de Dieu, pour qu’il vous élève en temps voulu.
Déchargez-vous sur lui de tous vos soucis, puisqu’il prend soin de vous.
Soyez sobres, veillez : votre adversaire, le diable, comme un lion rugissant, rôde, cherchant qui dévorer.
Résistez-lui avec la force de la foi, car vous savez que tous vos frères, de par le monde, sont en butte aux mêmes souffrances.
Après que vous aurez souffert un peu de temps, le Dieu de toute grâce, lui qui, dans le Christ Jésus, vous a appelés à sa gloire éternelle, vous rétablira lui-même, vous affermira, vous fortifiera, vous rendra inébranlables.
À lui la souveraineté pour les siècles. Amen.
Par Silvain, que je considère comme un frère digne de confiance, je vous écris ces quelques mots pour vous exhorter, et pour attester que c’est vraiment dans la grâce de Dieu que vous tenez ferme.
La communauté qui est à Babylone, choisie comme vous par Dieu, vous salue, ainsi que Marc, mon fils.
Saluez-vous les uns les autres par un baiser fraternel. Paix à vous tous, qui êtes dans le Christ.

 

Alléluia, alléluia, alléluia.

Le Christ est ressuscité !
Il est vraiment ressuscité !

Alléluia, alléluia, alléluia.

Marc, cousin de Barnabé, fréquentait depuis son plus jeune âge la communauté des disciples de Jésus qui se réunissait dans la maison de sa mère, comme nous le rappellent les Actes des Apôtres (12, 12). La tradition voit en lui le jeune homme qui, lors de la Passion, échappa aux gardes qui voulaient l'arrêter, laissant dans leurs mains le drap dont il se couvrait, comme pour nous rappeler qu'il faut se dépouiller de tout pour suivre Jésus. Plus grand, Marc accompagna Paul et Barnabé lors de leur premier voyage missionnaire. Par la suite, il se rendit jusqu'à Rome avec Pierre. C'est là qu'il écrit l'Évangile qui porte son nom, cédant aux nombreuses demandes de la communauté chrétienne qui appréciait la profondeur et la beauté de la prédication de l'apôtre. C'est le premier l'Évangile écrit et il recueille le témoignage de la prédication de Pierre dans la capitale de l'empire. Dans la conclusion de la première Épître de Pierre, Marc est affecté à l'apostolat à Babylone, nom donné à Rome en référence à la situation difficile des chrétiens de l'époque, similaire à celle vécue par Israël lors de l'exil babylonien. Le dernier chapitre de la première Épître de Pierre montre sa préoccupation et son affection pour Marc qu'il appelle " mon fils ". Avec lui, il adresse aux chrétiens ses dernières paroles sur l'humilité des croyants, appelés à aider les anciens dans le service de la communauté. Tous deux les exhortent à être soumis, d'abord à Dieu et donc les uns aux autres. L'humilité rend les chrétiens semblables à Jésus, lui qui se mit au service de tous. L'image évoquée par l'apôtre est belle : se ceindre de l'humilité comme d'un vêtement pour s'aider les uns les autres. La scène du lavement des pieds lors du dernier repas est peut-être revenue à l'esprit de l'apôtre. Il se souvient sans doute des vigoureuses remontrances et de l'admonestation de son Maître : " Si je ne te lave pas, tu n'auras pas de part avec moi " (Jn 13, 8). L'humilité est l'attitude qui qualifie le disciple, qui le sauve de l'orgueil à l'origine de tous les vices. L'adversaire (le diable), déjà présent dans le jardin terrestre, continue, à travers l'orgueil, de circonvenir chaque homme et de le tenter pour faire de lui son esclave. L'apôtre nous exhorte à résister au tentateur parce qu'il cherche à nous détruire, à nous broyer dans ses griffes voraces et insatiables. Pierre ajoute que nous pouvons vaincre le mal grâce à la foi, même si l'adversaire semble fort. L'apôtre Pierre, en conclusion de sa lettre, fait entrevoir l'avenir qui sera accordé aux disciples : " Après que vous aurez souffert un peu de temps, le Dieu de toute grâce, lui qui, dans le Christ Jésus, vous a appelés à sa gloire éternelle, vous rétablira lui-même, vous affermira, vous fortifiera, vous rendra inébranlables ". Oui, " inébranlables " sur le rocher qu'est le Christ, les disciples peuvent d'ores et déjà vivre leur futur " statut de ressuscités ". Marc, " interprète de Pierre ", nous aide à travers son Évangile à nous plonger dans la foi de l'apôtre que le Seigneur a placé à la tête de son Église.