Lundi de Pâques

Partager Sur

lundi de Pâques


Lecture de la Parole de Dieu

Alléluia, alléluia, alléluia.

Le Christ est ressuscité !
Il est vraiment ressuscité !

Alléluia, alléluia, alléluia.

Matthieu 28,8-15

Vite, elles quittèrent le tombeau, remplies à la fois de crainte et d’une grande joie, et elles coururent porter la nouvelle à ses disciples.
Et voici que Jésus vint à leur rencontre et leur dit : « Je vous salue. » Elles s’approchèrent, lui saisirent les pieds et se prosternèrent devant lui.
Alors Jésus leur dit : « Soyez sans crainte, allez annoncer à mes frères qu’ils doivent se rendre en Galilée : c’est là qu’ils me verront. »
Tandis qu’elles étaient en chemin, quelques-uns des gardes allèrent en ville annoncer aux grands prêtres tout ce qui s’était passé.
Ceux-ci, après s’être réunis avec les anciens et avoir tenu conseil, donnèrent aux soldats une forte somme
en disant : « Voici ce que vous direz : “Ses disciples sont venus voler le corps, la nuit pendant que nous dormions.”
Et si tout cela vient aux oreilles du gouverneur, nous lui expliquerons la chose, et nous vous éviterons tout ennui. »
Les soldats prirent l’argent et suivirent les instructions. Et cette explication s’est propagée chez les Juifs jusqu’à aujourd’hui.

 

Alléluia, alléluia, alléluia.

Le Christ est ressuscité !
Il est vraiment ressuscité !

Alléluia, alléluia, alléluia.

L'Évangile nous fait rester à l'intérieur du jour de la résurrection. Les femmes viennent de recevoir l'annonce : Jésus est ressuscité ! et l'ange les invite à se rendre aussitôt auprès des disciples. Alors, " vite, elles quittèrent le tombeau, remplies à la fois de crainte et d'une grande joie, et elles coururent porter la nouvelle à ses disciples " (v.8). Or voici que Jésus vient à leur rencontre et leur adresse quasiment les mêmes paroles que l'ange : " Soyez sans crainte, allez annoncer à mes frères qu'ils doivent se rendre en Galilée : c'est là qu'ils me verront ". Jésus ressuscité veut que ses disciples se rendent en Galilée, cette région périphérique où il avait commencé sa prédication. Pâques représente un nouveau commencement. Il y a ceux qui voudraient bloquer Pâques et sa force de changement afin que tout demeure comme avant. Matthieu raconte que les chefs des prêtres, épouvantés par le récit des gardes, corrompent ces derniers pour les convaincre de mentir et d'affirmer que le corps de Jésus a été volé par ses disciples pendant leur sommeil. Le monde veut que les tombes soient scellées et que l'on recoure au mensonge et à la corruption pour empêcher la nouvelle de la résurrection de se répandre. A partir de la première Pâque, quiconque annoncera cette nouvelle pourra être traîné devant les rois et les juges pour être condamné. Aujourd'hui malheureusement, nombreux sont les chrétiens qui souffrent à cause de Pâques. Tel est le sens des attentats qui frappent parfois les chrétiens rassemblés pour la célébration du dimanche. C'est cette culture de mort qui continue de frapper les chrétiens lorsqu'ils célèbrent le mystère central de leur foi, la Pâque de Résurrection, la victoire du bien sur le mal. Dans cette culture de la mort se renforce le mépris pour toute vie. La culture de la mort drogue les vivants, les abrutit, les éteint, pour faire d'eux des esclaves et justifier le commerce de la mort : la nourriture est cachée aux affamés, la drogue est offerte aux résignés, les armes sont vendues à ceux qui sont en colère. Et l'on meurt dans de nombreux endroits du monde et de bien des manières. Nous pensons que les raisons de tous ces maux sont multiples, mais le dessein est toujours le même : c'est celui de la culture de la mort qui veut que les hommes soient dès leur plus jeune âge ses serviteurs stupides et égoïstes. On veut faire taire les disciples du Christ. N'ayons pas peur ! L'Évangile de Pâques nous montre qu'il suffit de deux pauvres femmes, qui obéissent totalement à l'Évangile, pour mettre en échec les intrigues des chefs et insuffler dans l'histoire le dynamisme d'amour de la résurrection de Jésus.