Prière pour l’Eglise

Partager Sur

Mémoire de saint Serge de Radonège, moine, fondateur de la Laure de la Très sainte Trinité près de Moscou. Souvenir du pasteur évangélique Paul Schneider, mort dans le camp de Buchenwald le 18 juillet 1939.


Lecture de la Parole de Dieu

Alléluia, alléluia, alléluia.

Je suis le Bon Pasteur,
mes brebis entendent ma voix.
Elles deviendront un seul troupeau
et un seul enclos.

Alléluia, alléluia, alléluia.

Exode 3,13-20

Moïse répondit à Dieu : « J’irai donc trouver les fils d’Israël, et je leur dirai : “Le Dieu de vos pères m’a envoyé vers vous.” Ils vont me demander quel est son nom ; que leur répondrai-je ? »
Dieu dit à Moïse : « Je suis qui je suis. Tu parleras ainsi aux fils d’Israël : “Celui qui m’a envoyé vers vous, c’est : JE-SUIS”. »
Dieu dit encore à Moïse : « Tu parleras ainsi aux fils d’Israël : “Celui qui m’a envoyé vers vous, c’est LE SEIGNEUR, le Dieu de vos pères, le Dieu d’Abraham, le Dieu d’Isaac, le Dieu de Jacob”. C’est là mon nom pour toujours, c’est par lui que vous ferez mémoire de moi, d’âge en âge.
Va, rassemble les anciens d’Israël. Tu leur diras : “Le Seigneur, le Dieu de vos pères, le Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob, m’est apparu. Il m’a dit : Je vous ai visités et ainsi j’ai vu comment on vous traite en Égypte.
J’ai dit : Je vous ferai monter de la misère qui vous accable en Égypte vers le pays du Cananéen, du Hittite, de l’Amorite, du Perizzite, du Hivvite et du Jébuséen, le pays ruisselant de lait et de miel.”
Ils écouteront ta voix ; alors tu iras, avec les anciens d’Israël, auprès du roi d’Égypte, et vous lui direz : “Le Seigneur, le Dieu des Hébreux, est venu nous trouver. Et maintenant, laisse-nous aller dans le désert, à trois jours de marche, pour y offrir un sacrifice au Seigneur notre Dieu.”
Or, je sais, moi, que le roi d’Égypte ne vous laissera pas partir s’il n’y est pas forcé.
Aussi j’étendrai la main, je frapperai l’Égypte par toutes sortes de prodiges que j’accomplirai au milieu d’elle. Après cela, il vous permettra de partir.

 

Alléluia, alléluia, alléluia.

Je vous donne un commandement nouveau:
aimez-vous les uns les autres.

Alléluia, alléluia, alléluia.

Moïse est encore tout hésitant et incertain devant la tâche qui lui a été confiée. Il met Dieu à l'épreuve en lui demandant son nom. Il cherche une définition claire, une sécurité à même de répondre aux nombreuses objections du monde. Dieu ne se refuse pas, même si sa réponse semble quelque peu énigmatique. Moïse s'entend répondre en effet : " Celui qui m'a envoyé vers vous c'est "Je suis? ". Quel est le sens de ce nom ? Il ne s'agit pas d'une réponse compliquée ou évasive. Ce n'est même pas une définition abstraite et théorique ! En un sens, Dieu ne répond pas. Ou mieux : sa véritable réponse, c'est sa proximité même avec son peuple. Comme s'il disait : " Je suis celui qui est avec toi, qui t'accompagnera tout au long du chemin de libération, qui vivra avec toi dans la terre promise ". Le nom de Dieu est étroitement lié à une histoire, au rapport personnel qu'il entretient avec son peuple. On ne connaît pas le nom de Dieu de manière abstraite, comme une vérité qui se passerait de notre humanité et de cette expérience humaine qui fait notre condition. Nous pourrions dire que Dieu se révèle dans l'histoire en entrant en relation avec ceux qui l'accueillent, en se faisant proche de nous, hommes et femmes de ce monde, en particulier des plus faibles. Il est " Je suis " en s'approchant de nous. Le Dieu d'Abraham, d'Isaac et de Jacob est un Dieu qui s'est révélé en guidant la vie des personnes qui lui ont fait confiance, qui l'ont écouté et suivi. Nous ne pouvons connaître le nom de Dieu sinon par un abandon confiant à lui dans notre histoire de chaque jour. Il est un Dieu qui délivre son peuple de toute servitude afin qu'il soit vraiment lui-même.